REGARDSUDS
regards
Menu droit
Index
Thématiques
La revue
Suivez-nous
Espace membres

1
Impacts sanitaires et environnementaux de la pratique artisanale de la teinture sur bazin à Abobo pk 18 : des mesures écologiques s’imposent

1Yagnama Rokia OUATTARA COULIBALY

Texte intégral

PDF

INTRODUCTION

La commune d’Abobo est l’une des 13 communes du District Autonome d’Abidjan. Au recensement de 2014, sa population est estimée à 1.030.658 habitants. La commune compte 28 quartiers dont celui de PK 18 situé au nord d’Abobo sur la route d’Anyama. Pk18 est un quartier non viabilisé et dont les activités économiques relèvent essentiellement du secteur informel. L’activité de teinture sur bazin est l’une des activités artisanales informelles qui s’y développe. Cette activité qui se pratique dans des conditions non encadrées et incontrôlées s’avère dangereuse pour la santé et l’environnement.
En effet, la teinture sur bazin est une activité traditionnelle et ancienne dont les techniques consistent à modifier la couleur du tissu par absorption d’un colorant qui peut être naturel (teinture végétal et argile) ou chimique (colorant synthétique). Le métier de teinture est un métier socialisant pratiqué aussi bien par les femmes que les hommes.
Cette étude se propose de de décrire le processus de teintures, d’identifier les conséquences issues des pratiques des artisans teinturiers et de suggérer des moyens d’atténuations de leur effet sur le cadre de vie.

Objectif : Aider à la connaissance des risques sanitaires et environnementaux liés aux mauvaises pratiques des teinturiers pour une production plus responsable au profit du développement durable.

Figure 1 : localisation de la zone d’étude

1- processus de la mise en teinture

1-1- le matériel

Le matériel (photos 1 & 2) est constitué de :
Gaz cuisinière ou du bois de chauffe ;
Bassines et sceaux ;
Barrique pour la rétention d’eau
Gants et bottes qui servent à se protéger.
Tissu Bazin de préférence de couleur blanche ;

1-2- les produits utilisés

Les produits utilisés (photo 3 et 4) par les teinturiers et teinturières sont composés de :

1-3- les étapes de la mise en teinture

La mise en teinture d’un tissu bazin se fait en trois grandes étapes :
- le nouage du tissu Bazin (photo 5) afin de faire ressortir les motifs souhaités ;
- le mélange des produits (photo 6,7 & 8) et l’imprégnation du tissu bazin dans le bain de teinture préparé (photo 9 & 10) ;
- l’amidonnage, le séchage et le repassage (produit fini).
Pour ces différentes étapes, il est affecté des spécialistes en la matière. Ainsi, l’unité de production principale objet d’enquête emploie sept personnes.

Etape 2 : La préparation du bain de teinture et mélange (photos 6,7 et 8)

- Chauffer l’eau jusqu’à ébullition ;
- Préparer l’eau de teinture en mettant dans le récipient (bassine) le colorant chimique nécessaire selon la couleur choisie ;
- Ajouter l’hydrosulfite de sodium nécessaire ;
- Puis l’hydroxyde de sodium ;
- Ajouter l’eau bouillante nécessaire puis mélanger pendant au moins 15 minutes;

La teinture proprement dit du tissu

- Imprégner le bazin dans ce mélange chaud à l’aide de gants solides pour se protéger contre les réactions issues du bain de teinture (photo 9).
- Retirer le bazin du bain chaud de teinture dont le degré dépend de la teneur en couleur recherchée (foncé ou non) au moins pendant 15 minutes ;
- Le rincer plusieurs fois à l’eau limpide

Etape 3 : Amidonnage, séchage et repassage

- Préparer le bain d’amidonnage ;
- Tremper le bazin dans l’eau d’amidon puis le séché ;
- Enfin le repasser à l’aide de coups de maillet de bois et le bazin est prêts à la vente. Ces trois étapes sont à répéter pour le même tissu lorsqu’il doit comporter plusieurs couleurs.

2- Conséquences sur la santé et sur l’environnement

- Le bain d’eau issue de la teinture ne fait l’objet d’aucun traitement préalable avant d’être déversé dans les rues, au sol, ou encore dans les caniveaux les plus proches. Bien que parfois un espace est aménagé (photo 11), celui-ci est raccordé au caniveau prévu pour le drainage des eaux de pluies par un tuyau souterrain.

- la pratique de l’activité de teinture devant les concessions et dans les rues est très dangereuse pour la population environnante (pollution du sol, irritation cutanées).
- la non adoption d’un comportement écocitoyen (la prise de conscience des conséquences de nos actions de tous les jours sur l’écosystème et de changer ses habitudes) par les teinturiers impacte négativement le milieu et porte atteinte à la santé, à savoir :
- L’inhalation, par les artisans teinturiers, de tous les gaz dégagés par la combinaison des produits chimiques (hydrosulfite de sodium, l’hydroxyde de sodium, les colorants chimiques) et des odeurs suffocantes provenant de cette composition (bains de teinture) qui souvent irrite les yeux et la gorge des teinturiers. Car ceux-ci travaillent le plus souvent sans protection (cache nez) ;
- Les utilisateurs et les populations environnantes sont exposés aux affections telles que irritation cutanées, maux de gorges, maux d’yeux et allergies cutanées ou respiratoires en raison des substances irritantes et allergisantes contenues dans de nombreux produits capillaires utilisés pour les teintures ;
La pollution du sol à travers l’infiltration des produits contenus dans les eaux colorées (photo 12);
la pollution de l’eau drainée par les caniveaux qui débordent pendant les saisons de pluies dans ce quartier non viabilisé.

Récommandations

- Sensibiliser et former les artisans au comportement éco-citoyen (gestion durable des déchets liquides, émission des gaz polluants liés aux activités, santé, pollution anthropique de l’eau, etc.). Cela leur permettra de prendre conscience des conséquences sanitaires et environnementales de leurs actions et qui contribuera à changer leurs mauvaises habitudes ;
- sensibiliser les teinturiers à pratiquer l’activité dans des ateliers répondant aux normes d’industrie chimique ;
- Mettre en place un système d’évacuation des eaux issues de l’activité de teinture ;
- Encourager les acteurs à se mettre en groupements en vue de les organiser et bénéficier si possible d’un soutien financier, Car, c’est un secteur pourvoyeur d’emploi qui pourrait être intégrateur sociales pour les jeunes.

Auteur(s)

1Yagnama Rokia OUATTARA COULIBALY
1Centre de Recherche en Ecologie (CRE), Université Nangui Abrogoua, yagnama@yahoo.fr

Droits d'auteur

Institut de Géographie Tropicale
Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire

L'INFOS EN CONTINUE

« Métropoles portuaires et territoires de l'hinterland en Afrique subsaharienne », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 28 avril 2015

...::: Cahiers Ivoirien de Géographie | CIG :::...