REGARDSUDS
regards
Menu droit
Index
Thématiques
La revue
Suivez-nous
Espace membres

1
Menuiserie et ébénisterie-tapisserie : des activités artisanales pourvoyeuses d’emploi en situation de précarité a cocody-lycee technique

1Yagnama Rokia OUATTARA COULIBALY, 2Olivier Kouayé DIEN

Texte intégral

PDF

INTRODUCTION

La population abidjanaise est de plus en plus pauvre. Dans ce contexte, s’organisent diverses stratégies d’insertion sociale qu’on regroupe souvent sous le vocable d’activités informelles. Ainsi l’image qui frappe, en parcourant les grandes artères d’Abidjan, est la présence d’activités de menuiserie, d’ébénisterie et de tapisserie qui occupent le long des trottoirs. Ces métiers de la famille de l’artisanat se caractérisent par la transformation du bois et l’attrait d’un nombre assez important de la population active. Cependant, du fait des nombreuses transformations de l’espace et des constructions irrégulières qu’elles impliquent, ces activités contrastent avec l’harmonie d’ensemble de la ville et se trouvent en inadéquation avec les dispositions réglementaires en vigueur en matière de gestion foncière. L’exemple des artisans menuisiers et ébénistes installés le long de la clôture de la cité du lycée technique et de l’hôtel Palm Club sise à Cocody et ceux bordant la voie express C2 dans le sens Adjamé-Riviera permet de mettre en évidence la situation de précarité et de conflit dans laquelle s’exercent ces types de métier à Abidjan.
Cette fiche technique met en relief les caractéristiques des métiers de menuiserie et d’ébénisterie-tapisserie, leur rôle dans la réduction du chômage, le mode d’occupation de l’espace et fait des propositions dans le sens d’une prise de décision pour le développement durable de l’activité dans les villes.

Objectif : Montrer l’importance du métier de la menuiserie et les problèmes liés au mode d’occupation de l’espace en milieu urbain dans la perspective de promouvoir le développement durable de l’activité.

Figure 1 : Localisation de la zone d’étude

1. Définition des métiers de menuisier et d’ébéniste-tapissier

Un menuisier est un artisan qui travaille traditionnellement le bois et intervient dans le bâtiment. Son activité principale est la fabrication et l’installation des portes, fenêtres, placards, parquets, boiseries, volets, escaliers, auxquels il donne une forme esthétique.
Quant à l’ébéniste, il est spécialisé dans la fabrication de meubles. C’est un artisan de création et de restauration du mobilier de maison et de bureaux (commodes, lits, tables chaises, bureaux, etc.). Il travaille en étroite collaboration avec le tapissier ou exerce à la fois les deux métiers. L’on parle donc dans le milieu d’ébéniste-tapissier.
Le tapissier est l’esthéticien des mobiliers crées par l’ébéniste. Il est chargé d’habiller avec du tissu et des décorations les différents meubles.

2. Caractéristiques des artisans menuisiers et ébénistes-tapissiers enquêtés

Les menuisiers et ébénistes-tapissiers enquêtés occupent le long de la clôture de la cité du lycée technique et de l’hôtel Palm Club ainsi que la voie express C2 depuis 2004 suite à plusieurs déguerpissements. L’analyse de leurs caractéristiques fait apparaître ceci :
implication de nombreux jeunes déscolarisés (36% des enquêtés) ;
exercice des métiers dans l’informel;
association d’activités essentiellement masculines ;
activités exercées par les étrangers (99% des artisans de la voie express C2 derrière le lycée technique sont des Togolais,
Burkinabé, Maliens et Guinéens);
exercice des activités dans une grande précarité avec des outils artisanaux souvent obsolètes (équerre, rabot, compas, tissu), etc. ;
apprentissage des métiers sur le tas.

Quels sont les avantages liés à une formation sur le tas ?

Le choix de cette option par l’apprenant s’explique par le fait que :
l’apprentissage sur le tas auprès d’un parent est très rapide par rapport à celui des centres de formation spécialisés ;
l’apprentissage formel nécessite beaucoup d’efforts à consentir ;
l’apprentissage sur le tas se présente comme la seule solution possible face à l’illettrisme. En effet, l’apprenant qui commence jeune (8-15 ans) n’a très souvent aucun niveau. Auprès de son maître (souvent un parent ou un ami de la famille), il suit une longue formation pratique puisqu’il est formé jusqu’à sa majorité ou du moins jusqu’à ce qu’il soit capable d’ouvrir son propre atelier (+10 ans).

3. Structure de l’atelier, un cadre de travail précaire

Les ateliers de menuiserie et d’ébénisterie-tapisserie sont des ateliers de fortune ou à l’air libre qui occupent de manière anarchique les emprises des voies de circulation. Ces ateliers sont constitués de hangars couverts de bâches et ne respectant aucune norme de sécurité (photos 1 & 2). Leur emplacement à ces endroits répond à un souci de marketing ou de publicité.

4. Contribution des métiers de menuiserie et d’ébéniste à la réduction du chômage

Ces métiers sont des activités qualifiantes qui concourent à la réduction du chômage en milieu urbain. Car un patron artisan sur ce site travail avec 4 à 6 apprentis. Ainsi, sur une superficie d’environ de 2 hectares, on dénombre 23 patrons artisans et environ 115 apprentis artisans, soit un total de 138 artisans. Ces artisans offres de nombreux articles aux usagers (cf. photo 3) dont les coûts oscillent entre 150 000 et 1000 000 de francs CFA voir plus. Ils contribuent à l’embellissement des flancs de la voie express (photo 4) par le magnifique chef-d’œuvre des produits exposés.

5. Conséquences de l’occupation anarchique

Des ateliers exposés aux incendies et au risque d’inondation
La précarité des locaux des artisans sur cet espace non aménagé les exposent à tout moment à des incendies dont le dernier (photo 5) a eu lieu le 1er janvier 2017. En effet, les artisans sur cet espace sont victimes des déguerpissements. Cette situation est liée aux manques d’espaces aménagés au profit de ceux-ci.
- installation sous les lignes de hautes tensions qui les exposent à de gros risques d’insécurité.

Accentuation de l’érosion du sol et détérioration des flancs
La localisation dans des bas-fonds de certains ateliers de menuiserie et d’ébénisterie expose les artisans à plusieurs inondations pendant la saison pluvieuse. La résilience face à cette inondation est le remplissage des sacs de sable pour constituer des digues de protection (photo 6).

Accentuation de l’érosion du sol et détérioration des flancs
Bien que pouvant provoquer des risques d’érosion et d’inondation, les ateliers de menuiserie et tapisseries pullulent d’année en année sur les flancs de la voie express Adjamé-Riviera (photo 8 et 9).

Récommandations

- Promouvoir la formation professionnelle qui va permettre une professionnalisation du corps du bois. A travers la formation, les impétrants sauront lire un plan, maîtriser la géométrie, les calculs, des volumes, le dessin industriel, les machines à commande numérique, connaissances en informatique et en isolant) ; - Trouver des sites de relocalisation des artisans sur des espaces aménagés ; - Encourager et orienter les jeunes ivoiriens vers la formation professionnelle dans les métiers de services et de l’art.

Auteur(s)

1Yagnama Rokia OUATTARA COULIBALY, 2Olivier Kouayé DIEN
1Centre de Recherche en Ecologie (CRE), Université Nangui Abrogoua, yagnama@yahoo.fr
2Centre de Recherche en Ecologie (CRE), Université Nangui Abrogoua, dienolivier@gmail.com

Droits d'auteur

Institut de Géographie Tropicale
Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire

L'INFOS EN CONTINUE

« Métropoles portuaires et territoires de l'hinterland en Afrique subsaharienne », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 28 avril 2015

...::: Cahiers Ivoirien de Géographie | CIG :::...