REGARDSUDS
regards
Menu droit
Index
Thématiques
La revue
Suivez-nous
Espace membres

1
Stratégies d’approvisionnement de la population face aux difficultés d’accès à l’eau potable dans la commune d’Abobo

1SEKONGO Largaton Guénolé, 2AKE DJALIAH Florence Epouse AWOMON

Texte intégral

PDF

INTRODUCTION

La commune d’Abobo fait partie des treize communes du district d’Abidjan (figure1). Elle compte 1 014 933 habitants (Institut National de la Statistique, 2014) et regroupe 28 quartiers et villages.

Tous les états reconnaissent que l’accès à l’eau et à l’assainissement correspondent à des besoins qui doivent être nécessairement satisfaits (Smets, 2006). C’est à ce titre que la commune bénéficie d’une usine de production de l’eau de 47 901 m3/jour alors que les besoins de la population s’élèvent à plus de 81 900 m3/jour soit un déficit de 33 999 m3/jour. Ce qui représente un taux de déficit de 23% (MIE, 2009). Les conséquences qui en découlent sont la baisse de la pression, les coupures fréquentes et l’accessibilité difficile à l’eau potable. Ces difficultés selon Roches (2003) démontrent le dépassement des infrastructures qui n’arrivent pas à suivre le rythme de l’urbanisation sauvage.
Cette fiche a pour objectif de montrer aux populations les difficultés d’accès et les stratégies d’approvisionnement à l’eau potable dans la commune d’Abobo.

1- Les difficultés d’accès à l’eau potable dans la commune d’Abobo

Dans la commune d’Abobo, l’eau fournie par la SODECI est la principale source d’approvisionnement des ménages. Mais son insuffisance engendre plusieurs niveaux d’accès présentés dans le tableau 1.

Tableau 1 : Les différents niveaux d’accessibilité des populations à l’eau potable dans la commune d’Abobo


L’observation de ce tableau montre que l’accessibilité à l’eau potable dépend de sa pression qui varie d’une heure à une autre.
De 24 à 6 heures, l’accessibilité à l’eau potable est facile car sa pression est bonne. Ce moment correspond à des heures tardives de la nuit où la plupart des ménages dorment. L’usage de l’eau diminue augmentant ainsi sa pression.
De 6 à 12 heures, l’accès à l’eau est moyen car la pression de l’eau diminue corrélativement à l’utilisation.
De 12 à 24 heures, la pression de l’eau devient très faible et l’accès à l’eau très difficile car son utilisation augmente.

2- Les stratégies d’approvisionnement en eau potable dans la commune d’Abobo

Les enquêtes révèlent que c’est au moins 97,74 % des ménages qui utilisent l’eau fournie par la SODECI. Pour faire face aux difficultés d’accès à cette eau, plusieurs stratégies peuvent être mises en œuvre. Il s’agit:
Du recours à d’autres sources d’approvisionnement telles que :
- Les puits : Les photos 1et 2 illustrent bien l’utilisation de l’eau des puits par des ménages. Elle est utilisée par 02,52 % des ménages.

- Les camions citernes et la fontaine publique (photo 3 et 4).
L’eau de la fontaine publique et des camions citernes (photo 3 et 4) sont utilisées respectivement par 3,19% et 3,05% des ménages.
- La pluie
La commune d’Abobo est sous l’influence du climat de type tropical humide. A cet effet, elle est beaucoup arrosée et la pluviométrie annuelle excède plus de 1700 mm. Pour compenser le manque d’eau de la SODECI, les populations n’hésitent pas à recueillir l’eau de pluie et c’est plus de 69,09% des ménages qui l’utilisent. Elle devient la seconde source importante après l’eau de la SODECI qui est utilisée par 97,74 % des ménages.
De l’installation de machines suppresseur et de robinets près des compteurs d’eau
Les machines suppresseur (photo 4) sont des appareils qui augmentent la pression de l’eau. Seuls les ménages nantis en possèdent car leur coût varie entre 50 000 FCFA et 150 000 FCFA. Les robinets (photo 5) par contre sont installés par les ménages les moins nantis directement sur le conduit d’eau de la SODECI à proximité du compteur.
Photo 4 : Une machine suppresseur installée près Photo 5 : Un robinet installé près d’un compteur d’un compteur d’eau

Faire le guet entre 24 heures et 6 heures
De 24 à 6 heures, l’accessibilité à l’eau potable est facile parce que sa pression est bonne. Des ménages se privent de sommeil pour recueillir de l’eau.

Conclusion

L’eau reste une denrée rare dans la commune. Cette insuffisance engendre des niveaux d’accès variés à l’eau potable d’un quartier à un autre à cause des fréquentes baisses et des coupures intempestives. Pour faire face à ces difficultés, la population à recours à d’autres sources d’approvisionnement (puits, pluie, camions citernes, fontaine publique…), installe une machine suppresseur ou se connecte directement sur le conduit d’eau de la SODECI. En plus de ces stratégies, des ménages veillent ou se réveillent entre 24 et 6 heures du matin pour recueillir de l’eau.

Bibliographie

MINISTERE DES INFRASTRUCTURES ECONOMIQUES (MIE), 2009, Etats Généraux de l’Eau en Côte d’Ivoire, Document de base 1, pp.20/ base 2, pp.21/ base3, pp. 28/ base 4, pp.50/ base 5, pp. 22

ROCHE P. A., 2003, « L’eau, enjeu vital pour l’Afrique », In : Afrique Comtemporaine, Dossier Spécial, pp. 37-75

SMETS H., 2006, « Le droit de l’homme a l’eau et a l’assainissement », inRevue juridique de l’environnement 1/2011 (Volume 36), pp. 79 89URL : www.cairn.info/revue-revue-juridique-de-l-environnement-2011-1-page-79.htm, Consulté le 17 mars 2012

Récommandations

Auteur(s)

1SEKONGO Largaton Guénolé, 2AKE DJALIAH Florence Epouse AWOMON
1Centre de Recherche en Ecologie, Université Nangui Abrogoua, Côte d’Ivoire, E-mail : sekongoguen@yahoo.fr
2Institut de Géographie Tropicale, Université Félix Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire, E-mail : florenceawomon@yahoo.fr

Droits d'auteur

Institut de Géographie Tropicale
Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire

L'INFOS EN CONTINUE

« Métropoles portuaires et territoires de l'hinterland en Afrique subsaharienne », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 28 avril 2015

...::: Cahiers Ivoirien de Géographie | CIG :::...