REGARDSUDS
regards
Menu droit
Index
Thématiques
La revue
Suivez-nous
Espace membres

1
Conflits entre pêcheurs autochtones et étrangers sur le lac de Kossou (cote d’ivoire)

1SEKONGO Largaton Guénolé, 2KAKOU Yao Sylvain Charles, 3KANGA Koco Marie Jeanne

Texte intégral

PDF

INTRODUCTION

Le lac de Kossou (carte n°1) a été créé en 1971 sur le fleuve Bandama à Kossou, département de Yamoussoukro. Ses rives sont peuplées par les ethnies autochtones Gouro et Baoulé. Les autorités ivoiriennes conscientes que le lac de Kossou représente un atout considérable au développement d’une activité de production halieutique et aquacole vont empoissonner de 1971 à 1972 avec plus de 200 000 alevins et 1635 juvéniles ses eaux d’Hétérotis (Anoh, 1994). La réussite de cette opération va faire de ce lac, un espace aquatique particulièrement riche en poissons et susciter la convoitise de nombreux pêcheurs migrants originaires du Mali, du Burkina Faso, du Togo et d’autres pays de la zone CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest). La mauvaise cohabitation entre les pêcheurs non nationaux et les autochtones engendre fréquemment des conflits sur le lac de Kossou. L’objectif de cette étude est de montrer les conséquences liées à ces conflits afin d’aider à la prise de décision.

Carte n°1 : Situation géographique du lac de Kossou

1- Localités et communautés concernées par les conflits

Ce tableau ci-dessous présente les différentes localités et communautés concernées par les conflits entre étrangers et autochtones. Cependant, il est bon de noter qu’en plus de ce type de conflit, il en existe d’autres types. Il s’agit de ceux qui opposent les chefferies des villages aux organisations de pêcheurs et les autochtones riverains à l’administration. Parmi ces conflits, ceux qui opposent les autochtones aux étrangers sont les plus nombreux et les plus fréquents.

Tableau n°1 : Différentes localités et communautés concernées par les conflits

L’observation du tableau nous permet de déduire ce qui suit :

1 .1- Localités concernées par les conflits

Départements
-Bouaflé, Béoumi, Sakasssou
Villages
Assandré, Djakassou, Niambrum, Konsou, Kondokro

1.2- Communautés concernées par les conflits

Autochtones
Baoulé et Gouro
Pêcheurs étrangers
Bozo, Fanti, Ewé

2- L’origine des conflits

La revendication de l’appropriation des plans d’eau du lac par les autochtones et le non-respect des us et coutumes des villages par les pêcheurs étrangers constituent les principales raisons évoquées pour expliquer l’origine de ces conflits.

2.1 La revendication de l’appropriation des plans d’eau du lac par les autochtones

Avant la création du lac, les autochtones Baoulé et Gouro étaient les propriétaires des terres occupées aujourd’hui par les eaux du lac. Ces terres qui leur ont été léguées par leurs ancêtres servaient à ces autochtones d’espace de production de produits agricoles indispensables à leurs survies. A la création du lac, ces terres ont été englouties par les eaux, dépossédant ainsi ces communautés de leurs espaces vitaux. Ce sont plus de 201 400 hectares de forêts, de savanes et de plantations villageoises qui ont été ainsi immergés. Près de 20 000 hectares de plantations de caféiers et de cacaoyers se sont retrouvés sous les eaux de ce lac. C’est en compensation de ces énormes pertes que les populations victimes revendiquent la propriété des plans d’eau du lac en se considérant comme les propriétaires fonciers.

2.2 Le non-respect des us et coutumes des villages par les pêcheurs étrangers

Les autochtones se révoltent régulièrement contre les pêcheurs étrangers. Les prétextes sont entre autres : -l’installation anarchique des pêcheurs étrangers dans la forêt et occupation des terres sans autorisation préalable des propriétaires ;
-l’utilisation très souvent du matériel prohibé et dangereux comme les palangres, les filets de petites mailles, les bambous de chine etc. ;
-l’indifférence des pêcheurs étrangers aux événements malheureux qui surviennent dans les villages de leurs tuteurs ou aux projets de développement qui sont entrepris dans les localités auxquelles sont rattachés leurs campements ;
-le refus de vente de poissons aux nationaux ;
-le harcèlement sexuel de la part des pêcheurs non nationaux à l’endroit des commerçantes ivoiriennes intervenant dans la distribution du poisson;
-l’intimidation des jeunes pêcheurs autochtones par les pêcheurs étrangers ;
Ces comportements sont mal appréciés et considérés par les autochtones comme des affronts. Leurs mécontentements entrainent des réactions violentes qui aboutissent souvent à des conséquences désastreuses.

3- Les conséquences

- Incendie de campements de pêcheurs étrangers : exemple le campement Bozo (Dominique Port) qui regroupait plus d’une quarantaine de cases (voir photo ci-dessous),
Photo : Décombres du campement de Dominique port
- Le déplacement de tous les pêcheurs étrangers vers les autres lacs. A ce sujet Vanga (2001) estimait les migrations à partir du lac de Kossou vers le lac de Buyo à 71 % des migrations enregistrées sur l’ensemble du territoire ivoirien.
- 3 pertes en vie humaine.
- Pénurie et renchérissement des produits de pêche sur les différents marchés de la région de Kossou.
- La reconversion des mareyeurs dans la vente des produits de mer ou dans les activités agricoles telle que la culture du manioc.

CONCLUSION

Les conflits dans la région du lac de Kossou occasionnent des destructions de matériels, la pénurie des produits halieutiques. L’origine de ces conflits réside pour l’essentiel dans l’appropriation des plans d’eau dudit lac par les autochtones et dans le non-respect par les pêcheurs étrangers des lois et des coutumes de leurs hôtes. Trois départements (Bouaflé, Béoumi, Sakasssou) et Cinq villages (Assandré, Djakassou, Niambrum, Konsou, Kondokro) sont concernés par ces conflits.

REFERENCE BIBLIOGRAPHIQUE

AGBROFFI D.J., 2009. Conflits ethniques en Côte d’Ivoire, revue d’Anthropologie de l’université de Bouaké, 15p.

ANOH K. P., 1994. Contribution à l’étude de distribution des ressources halieutiques marines en Côte d’Ivoire, Thèse de doctorat de 3ème cycle, université de Cocody-Abidjan, 325p.

KOFFIE-BIKPO C, Y (2002). Les conflits de pêche en Côte d’Ivoire, in GEOTROPE, n°1,P58-66 VANGA A.F., 2001. Conséquences socio-économiques de la gestion des ressources naturelles : cas des pêcheries dans les lacs d’Ayamé et de Buyo. Thèse de doctorat de l’Université d’Abobo-Adjamé en sciences et gestion de l’environnement, 210p.

Récommandations

Auteur(s)

1SEKONGO Largaton Guénolé, 2KAKOU Yao Sylvain Charles, 3KANGA Koco Marie Jeanne
1sekongoguen@yahoo.fr
2kakoucharles74@yahoo.fr
3kangamariejeanne@yahoo.fr

Droits d'auteur

Institut de Géographie Tropicale
Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire

L'INFOS EN CONTINUE

« Métropoles portuaires et territoires de l'hinterland en Afrique subsaharienne », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 28 avril 2015

...::: Cahiers Ivoirien de Géographie | CIG :::...