REGARDSUDS
regards
Menu droit
Index
Thématiques
La revue
Suivez-nous
Espace membres

1
Le commerce de poissons : un emploi rentable dans la ville d’odienne (cote d’ivoire)

1Kakou Yao Sylvain Charles, 2Kanga koco Marie jeanne

Texte intégral

PDF

INTRODUCTION

Dans la ville d’Odienné, chef-lieu de la région du Kabadougou, les poissons sont commercialisés frais et fumé. Les espèces couramment rencontrées sont le chinchard, le machoiron, la sardinelle, le tilapia, le maquereau, les carpes et le thon. La commercialisation du poisson constitue de plus en plus une source d’emploi et partant, de revenu pour la population. Elle permet de lutter contre la pauvreté grandissante. Afin de susciter l’intérêt des populations pour cette activité, cette fiche donne un aperçu des lieux de provenance et de vente du poisson, des moyens d’approvisionnement, des prix pratiqués et du chiffre d’affaires réalisé par les commerçants.

Objectif : aider à la commercialisation du poisson à Odienné

CARACTERISTIQUES DE LA COMMERCIALISATION DU POISSON

1. Lieux de provenance des poissons vendus à Odienné

Le poisson vendu à Odienné vient essentiellement d’Abidjan, du Mali, du Sénégal et de la pêche locale.

1.1. Lieux de provenance du poisson frais

Le poisson frais est issu de la pêche locale pratiquée dans les rivières et retenues. La rivière Gbahanla (Photo 1) est l’une des principales pourvoyeuses de la ville d’Odienné en poisson frais.

La rivière Gbahanla à la frontière ivoiro-guinéenne est situé à 70 km de la ville d’Odienné. En général en saison sèche, le niveau de l’eau des rivières et retenues d’eau baisse considérablement. Cette période est favorable aux activités de la pêche.

1.1. Provenance des poissons fumés et congelés

Le poisson sec longuement fumé est importé du Mali, du Sénégal et dans une moindre mesure du marché de poisson sec de Treichville (Abidjan). En revanche, le poisson congelé provient uniquement du port d’Abidjan.

Carte 1 : Circuit de distribution du poisson des lieux de provenance aux lieux de vente

2. Les moyens d’approvisionnement de la ville d’Odienné en poissons

En provenance d’Abidjan, le poisson congelé est transporté par les camions frigorifiques. Quant au poisson sec importé du Mali et du Sénégal, les camions remorques sont les principaux moyens de transports. Mais aussi par les cars de transports interurbains, les grossistes vont eux-mêmes prendre le poisson sec au marché de Chicago à Treichville. A l’intérieur du département d’Odienné, ce sont surtout les motos, tricycles et taxi-brousses qui transportent le poisson.

2.1. Types de moyens de conditionnement et de transport des poissons frais.

Le poisson congelé en provenance d’Abidjan est conditionné dans des cartons de 20 à 30 kg et transporté dans des camions frigorifiques.

2.2. Qualité des poissons frais en fonction des types de moyens

Ces poissons provenant d’Abidjan gardent leur bonne qualité jusqu’à leur livraison dans les poissonneries. Cependant ceux d’eau douce sont plus susceptibles de subir la dégradation de leur qualité à cause des mauvaises conditions de conservation et de transport. Ils sont transportés à moto, tricycle et en taxi-brousse mais aussi en brouette lors de la vente ambulante. Toutes les espèces de poissons frais transportées sans glace en sont concernées.

2.3. Types de moyens de conditionnement et de transport des poissons fumés

Le poisson fumé est conditionné dans des cartons ou paniers de 100, 110 et 120 kg.

2.4. Qualité des poissons frais en fonction des types de moyens

Le thon salé consommé le plus souvent avec du couscous de manioc ou attiéké communément appelé garba (en Côte d’Ivoire) se conserve plus longtemps que les autres espèces de poisson frais.

3. Lieux/système de vente des poissons a Odienné

A Odienné le poisson est vendu au marché, dans les poissonneries, à la criée en bordures des rues menant au marché et de façon ambulante.

3.1. Poissonneries

3.1. 1. Types de poissons concernés par les poissonneries

Les poissonneries livrent uniquement du poisson frais congelé

3.1.2. Infrastructures et conditions de vente

Les poissonneries sont dotées d’un bâtiment, d’une chambre froide et de deux ou trois congélateurs (Photo2). Les conditions de vente sont saines et les lieux de vente ne souffrent d’aucune insalubrité.

3.1.3. Quantité de poissons vendus selon les espèces

Les moments de pénurie divergent selon les espèces de poisson (Tableau 1). Par exemple en 2016, le sosso a pratiquement manqué de juin à septembre puis en novembre. Il en est de même pour la sardine durant tout le premier semestre. S’agissant de la carpe, elle n’a été commercialisée que de décembre à février puis en octobre. Seuls le chinchard et le maquereau n’ont pas manqué durant toute l’année. En général, la pénurie s’est beaucoup plus accentuée dans le mois de juin.
Les commerçants doivent donc augmenter les stocks des espèces fréquemment en pénurie afin de satisfaire la clientèle dans les périodes indiquées. Cette pénurie s’accentue au moment de la traite de l’anacarde où la majorité de la population a les moyens financiers nécessaires de s’offrir du poisson.

Tableau 1 : Quantités (kg) vendues selon les espèces et les périodes de pénurie

3.1.4. Niveau de qualité des poissons

Compte tenu des conditions de conservation appropriées dans les poissonneries, la qualité du poisson y est acceptable. Cependant, celle-ci peut se dégrader en cas de délestage prolongé ou de défaillance des chambres froides et des congélateurs.

3.2. Marché d’Odienné

3.2.1. Infrastructures et conditionnement des poissons

En dehors des poissonneries, il n’existe aucune infrastructure dans le marché

Tableau 2 : Quantité de poissons vendus selon les espèces et la période

3.2.2. Niveau de qualité des poissons

Le niveau d’insalubrité des marchés peut affecter la qualité du poisson. Pour la plupart, les revendeurs ne disposent pas de glacière ou de congélateur.

3.3. En bordure des rues

3.3.1. Infrastructures et conditions de vente

En bordure de rue, il n’existe pas d’infrastructure. Le poisson est simplement exposé sur des tables recouvertes de bâche noire. Là, la marchandise est exposée au soleil, au vent et aux mouches.

3.3.2. Niveau de qualité des poissons

La menace sur la qualité des poissons vendus en bordure de rue est grande. Ils sont exposés à des risques de contamination par des mouches et autres insectes vecteurs de maladies.

3.3.3. Quantités de poissons vendus selon les espèces

Le commerce de poisson en bordure des grandes voies menant au grand marché est surtout tenu par des femmes. Toutes les espèces y sont commercialisées. Cependant les quantités vendues selon les espèces sont difficiles à estimer.

3.4. Vente ambulante

3.4.1. Conditionnement des poissons

Les poissons vendus de façon ambulante courent les mêmes risques que ceux vendus en bordure des rues. Ils sont exposés dans des plateaux ou paniers. Le poisson frais est transporté sans glace parfois dans des brouettes dont l’intérieur est rouillé (Photo 2).

3.4.2. Niveau de qualité des poissons

Dans la condition décrite ci-dessus, la qualité du poisson vendu de façon ambulante n’est pas garantie.

3.4.3. Principaux lieux fréquentés par les vendeurs ambulants

Les lieux habituellement fréquentés par les vendeurs ambulants sont les ménages, les restaurants et certains services où les agents constituent des clients potentiels.

3.4.4. Quantités de poissons vendus selon les espèces

Toutes les espèces sont concernées par cette vente. Toutefois, les quantités vendues selon les espèces sont difficiles à estimer.

4. Prix de vente et chiffres d’affaires

4.1. Prix de vente selon les lieux et les espèces

Tableau 3 : Prix au kg de poissons frais selon les lieux de vente et les espèces


AVANTAGES DU COMMERCE DE POISSON

Source de revenu,
source d’emploi,
lutte contre la pauvreté,
accessibilité de tous les ménages au poisson quels que soient leurs niveaux de revenus.

Récommandations

Augmenter les quantités commercialisées pendant la période de la traite d’anacarde,
privilégier le commerce au détail de poisson fumé
augmenter les capacités de stockages afin de répondre à la forte demande pendant les périodes de pénurie,
stocker le surplus des poissons d’eau douce pendant les périodes d’abondance,
protéger les produits de ventes ambulantes pour les préserver de la pollution et des microbes.

Auteur(s)

1Kakou Yao Sylvain Charles, 2Kanga koco Marie jeanne
1kakoucharles74@yahoo.fr
2kangamariejeanne@yahoo.fr Centre de Recherche en Ecologie, Université Nangui Abrogoua Abidjan (Côte d’Ivoire)

Droits d'auteur

Institut de Géographie Tropicale
Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire

L'INFOS EN CONTINUE

« Métropoles portuaires et territoires de l'hinterland en Afrique subsaharienne », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 28 avril 2015

...::: Cahiers Ivoirien de Géographie | CIG :::...