REGARDSUDS
regards
Menu droit
Index
Thématiques
La revue
Suivez-nous
Espace membres

1
L’exploitation de la mangrove à des fins économiques et ses conséquences sur la production des pêches dans la sous-préfecture de grand-bassam (cote d’ivoire)

1Kakou Yao Sylvain Charles, 2Sekongo Largaton Guénolé

Texte intégral

PDF

INTRODUCTION

Dans la sous-préfecture de Grand-Bassam, la vente des bois de palétuvier est une véritable activité économique. Plusieurs personnes dont des femmes s’y adonnent. Les conséquences de cette activité sur la pêche sont bien visibles. Non seulement la production est faible, mais aussi les captures de poissons et de crustacés sont de petites tailles. Cette fiche technique montre l’utilité de la mangrove et l’impact de son déboisement abusif sur la production halieutique.

Objectif : Sensibiliser les populations de Grand-Bassam à une exploitation durable de la mangrove.

CARACTERES DE L’EXPLOITATION DE LA MANGROVE A GRAND-BASSAM

1. L’exploitation de la mangrove ; une activité génératrice d’emplois et de revenus

1.1. L’importance de la mangrove


A Grand-Bassam, la mangrove s’étend tout au long de la bordure lagunaire. Elle héberge une faune abondante (poissons, crustacés, mollusques, etc.). De nombreuses espèces de poissons et de crustacés s’y développent et alimentent les pêcheries locales. La mangrove contribue à prévenir l’érosion. Elle fournit aux populations des bois d’énergie (fagots, charbons), des matériaux de construction avec un bois réputé imputrescible et résistant aux insectes. Les écorces, fruits, feuilles et racines sont utilisés en médecine traditionnelle. Grâce à leur forte capacité de stockage de CO2 et leur emplacement stratégique entre terre et eau, les mangroves permettent à la fois de préserver la biodiversité, les littoraux et également de lutter contre le changement climatique. La présence de la mangrove crée un microclimat local qui favorise les précipitations sous forme de pluie.

1.2. La pression humaine sur la mangrove à Grand-Bassam

La mangrove est déboisée en bordure lagunaire à l’aide de machettes, haches et de tronçonneuses. Les bois de palétuvier sont convoyés via la lagune Ebrié. Plusieurs cargaisons sont transportées par jour en pirogue vers les lieux de commercialisation.

1.2.1. La coupe des bois de chauffe

Les pirogues qui transportent les bois accostent au bord de la lagune. Les grosses tiges de palétuvier sont découpées en plusieurs tronçons (Photo 3).
Ces tiges sont ensuite fendues à la hache pour servir de bois de chauffe (Photo 4). Les tranches obtenues sont destinées à la commercialisation.

Les branches les plus minces ne sont pas épargnées (photo 5). Tout ceci montre à quel point l’exploitation abusive de la mangrove constitue une menace pour la biodiversité végétale et animale et un risque climatique.

1.2.2. La coupe des bois de construction

Les bois de construction sont plus longs. Ils sont transportés en pousse-pousse des lieux d’accostage vers les lieux de vente (Photo 6).
Au lieu de commercialisation des bois de construction (Photo 6), la marchandise est disposée de sorte à ce que l’acheteur puisse faire facilement son choix.

1.3. La clientèle du bois dans la sous-préfecture de Grand-Bassam

Les boulangeries, les ménages, les fumeuses de poissons, les commerçantes de beignets, les propriétaires des bungalows en bordure des plages, certains maquis plein air sont les principaux clients des bois de palétuvier à Grand-Bassam et sa périphérie.

1.4. Le revenu journalier dans le commerce de bois de palétuvier

Tableau 1 : Tranches de revenu journalier selon le nombre de vendeurs de bois

1.5. Les espaces de mangrove fortement dégradés par le déboisement

A Grand-Bassam, la mangrove est fortement déboisée aux alentours de la lagune Ouladine de Gbamelé à Mondoudoukou en passant par Azurety. Il en est de même de Petit-Paris à Moossou. On observe néanmoins quelques ilots de mangroves près de Gbamelé, Vitré2, Vitré1, Ebrah, sur la rive lagunaire opposée à Moossou et aux alentours des îles Morin et de Vitré (cf. Figure 1).

Figure1 : Espaces déboisés et ilots de mangrove à Grand-Bassam

2. Les incidences du déboisement de la mangrove sur la production des pêches

2.1. Production et taille des captures

La production de la pêche lagunaire est très faible à Grand-Bassam. Depuis la fermeture de l’embouchure, corridor écologique qui favorise les échanges hydro-biologiques, la mangrove est la principale niche écologique qui favorise la reproduction des espèces aquatiques. Son déboisement à grande échelle est l’une des causes de la faible production des pêches (Photo 8) et de la diminution de la taille des captures (Photo 9).
Cette faible production concerne aussi bien les crustacés que les poissons.

2.2. Statistiques de la production des pêches à Grand-Bassam

Tableau 2 : Baisse de la production des pêches lagunaires de quelques espèces de poissons et de crustacés de 2010 à 2014 à Grand-Bassam

AVANTAGES DE L’EXPLOITATION DURABLE LA MANGROVE

Lutte contre l’érosion des sols,
disponibilité en permanence de bois de chauffe et de construction,
amélioration des revenus des vendeurs de bois
augmentation de la production des pêches,
accroissement des revenus des pêcheurs,
amélioration de la pharmacopée locale par l’utilisation des fruits, feuilles, racines et écorces des palétuviers comme médicaments,
création d’emplois et de richesses avec le commerce de bois,
création d’emploi et de richesse dans la pêche et le commerce de poissons,

Récommandations

Reboiser les espaces déboisés,
créer un comité de gestion de la mangrove,
associer les eaux et forêts, le service des pêches et les autorités coutumières à la gestion,
impliquer les populations riveraines dans la gestion,
définir des règles pour l’exploitation durable de la mangrove,
réglementer efficacement la pêche,
interdire les méthodes prohibées de la pêche.

Auteur(s)

1Kakou Yao Sylvain Charles, 2Sekongo Largaton Guénolé
1kakoucharles74@gmail.com
2sekongoguen@yahoo.fr Géographes, attachés de recherche au Centre de Recherche en Ecologie, Université Nangui Abrogoua, 08 BP 109 Abidjan 08

Droits d'auteur

Institut de Géographie Tropicale
Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire

L'INFOS EN CONTINUE

« Métropoles portuaires et territoires de l'hinterland en Afrique subsaharienne », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 28 avril 2015

...::: Cahiers Ivoirien de Géographie | CIG :::...